Annonce publicitaire

ACTUALITES

AFRI Partners, promoteur du projet rizicole initié dans la vallée du fleuve Sénégal, précisément dans les communes de Dodel et de Démette, ne compte pas lésiner sur les moyens pour en faire la plus grande rizerie du Sénégal, voire d’Afrique. Celle-ci comptera, par ailleurs, une usine aux standards internationaux permettant la transformation et la commercialisation, au Sénégal, d’un riz avec un label local. Dans ce sens, les Marocains entendent moderniser la filière riz sénégalaise pour en faire, disent-ils, une référence en Afrique.

En effet, dans les dix mille hectares de superficie qui leur sont octroyés, l’opérateur compte produire cent quinze mille (115 000) tonnes de riz paddy chaque année. Cela va réduire de 15% le déficit annuel en riz de notre pays. En d’autres termes, ledit projet va contribuer de manière significative à la sécurité alimentaire du Sénégal ; ce qui sous-tend la réduction des importations de riz et du déficit de la balance commerciale.

Dans le sens d’un partenariat gagnant-gagnant, AFRI Partners a pris l’engagement de faire bénéficier aux populations des communes beaucoup d’avantages leur permettant d’améliorer leurs conditions de vie. Il s’agit, entre autres initiatives, de l’aménagement de deux mille (2000) hectares et de l’accompagnement technique des villageois de manière à augmenter considérablement leurs rendements et à leur assurer un revenu certain. Selon leurs prévisions, c’est un bond d’au moins cinq (5) tonnes que les villageois bénéficiaires vont faire à l’hectare. « Ils vont passer de 5 à 10 tonnes à l’hectare en plus de pouvoir potentiellement faire une double culture », explique-t-on. En sus, le promoteur propose aux cultivateurs de racheter leurs produits à la fin de chaque campagne agricole dans le cadre de contrats de cultures. Sur cette base, pour faire une simple estimation, en exploitant les 2000ha aménagés par AFRI Partners, c’est un revenu de six (6) milliards de FCFA qui sera généré par les populations pour elles-mêmes (selon un prix de vente moyen de 300FCFA le kg).

Par ailleurs, l’emploi des expertises locales sera privilégié comme cela a été suggéré par les maires des communes de Démette et de Dodel. Le projet va ainsi engendrer mille cinq cents (1500) emplois directs et indirects. A noter que dans l’île-à-morphil, « d’importantes superficies demeurent inexploitées et l’Etat a décidé d’en octroyer une portion au groupe Sefrioui pour un Investissement de près de 70 milliards de nos francs ». Le promoteur va également appuyer financièrement les communes avec une enveloppe de l’ordre de deux (2) milliards de francs, dédiées à des actions au profit des populations.

Bon nombre de conseillers municipaux, des notabilités religieuses, responsables de groupements de promotion féminine, responsables d’organisations paysannes, d’associations de jeunes et de ressortissants de Dodel et Démette sont d’avis que ce projet est important pour le Sénégal et bénéfique pour les populations.

Du côté des Domaines, l’on soutient que les Marocains ont reçu un bail et que l’Etat du Sénégal reste propriétaire des terres octroyées.

 

 

 

Advertisement
 
advertisement