Annonce publicitaire

 

La fuite de la cousine de Viviane Wade, Evelyne Riout Delatre, condamnée à dix ans de prison n'est que le dernier dossier d'une longue liste de scandales qui ternissent l'image de la justice sénégalaise.

 

En effet, Evelyne Riout Delatre faisait partie de la liste de surveillance transmise par le parquet spécial aux autorités de l'aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar. Comment a t elle donc pu tromper la vigilance de la justice?

 

 

 

Entendue par la Section Recherches de la gendarmerie, Evelyne Riout Delatre s’était par la suite présentée devant le parquet spécial en compagnie de son conseil. Elle montre un certificat de décès et soutient qu’un de ses parents avait perdu la vie et qu’elle devait assister aux obsèques. Son avocat se porte garant de son retour à Dakar et obtient une autorisation de sortie pour elle. Naïveté ou complicité?

 

 

 

La suite tout le monde la connait: Evelyne Riout Delatre profite de cette "clémence" et disparaît dans la nature. Ce scandale judiciaire est assurément l'un des premiers du régime en place mais force est de rappeler que plusieurs controverses ont déjà secoué le secteur ces dix dernières années.

 

 

 

Les scandales qui pèsent lourd dans la balance de la justice sénégalaise:

 

 

 

On se souvient du cas de Nafi Ngom Keïta, alors Inspectrice générale d’Etat. L'actuelle président de l'Ofice nationale de lutte contre la corruption et la fraude (Ofnac) a subi des sanctions disciplinaires pour avoir publiquement accusé le ministre des Finances de l'époque, Abdoulaye Diop, de malversations financières.

 

 

 

On se rappelle d'un autre scandale qui date de 2009. Il s'agit de celle concernant le sieur Youssou Guèye. Ce dernier était impliqué dans une histoire d’escroquerie portant sur la somme de 350 millions de Fcfa, au préjudice d'un homme d’affaire tunisien du nom de Dridi Mohsen. Ce scandale judiciaire a été à l’origine d’importantes sanctions au sommet de la magistrature et du parquet général. C’est ainsi que le procureur général Mandiogou Ndiaye a été remplacé par le procureur général, près la cour d’Appel de Dakar, Abdoulaye Gaye.

 

L'affaire de la juge Aminata Mbaye et Cie reste encore gravée dans la mémoire des Sénégalais. Il s'est agi d'une histoire de corruption dont la magistrate est supposée être le ‘cerveau’. Ce qui avait valu des sanctions disciplinaires aux magistrats impliqués que sont Cheikh Bamba Niang, Jean Louis Turpin et Ibrahima Bakhoum. Ces derniers ont été épinglés par un rapport de l’Inspection générale de l’administration de la justice (Igaj). Le Conseil supérieur de la magistrature a même prononcé une sanction exemplaire contre la juge Aminata Mbaye, mise à la retraite anticipée, avec droit à une pension, alors qu’il lui restait encore 10 ans de service.

Le magistrat Théophile Turpin, assesseur au tribunal régional de Dakar, s'est vu pour sa part, signifier une interdiction d’exercer les fonctions de chef de parquet et de chef de juridiction, pendant cinq ans. Le juge Cheikh Bamba Niang, substitut du procureur, a été muté d'office tandis que son collègue Ibrahima Bakhoum, substitut général du parquet de la cour d’Appel de Ziguinchor, se voyait aussi interdit d’exercer ces fonctions. Les autres personnes concernées que sont Djibril Ndiaye, Momar War Seck et Me Mamadou Diop, El Hadj Rawane Fall, le greffier Yabal Guèye Dieng, ont fait l'objet d’une condamnation effective d’un