Annonce publicitaire

OPINIONS

Le temps passe et les hommes, les pays, les nations sont comme affolés, dépassés par les événements et le rythme où vont les choses dans le monde. Et, chose extraordinaire, plus on parle de démocratie et de paix, plus ça va mal ! violences, guerres, nationalismes, extrémismes, terrorismes, négationnisme, individualisme de la personne et de « l’homme total », toutes choses qui étouffent les « énergies créatrices » innovantes et chosifient l’homme, voire même Dieu !

Le temps passe et on semble oublier la culture qui fait l’homme ! On a alors envie de dire bravo aux autorités de notre pays qui ont proposé une année de la culture au Sénégal.

Aujourd’hui, « Amnistie internationale » publie son rapport annuel, et on se surprend à prendre peur à la lecture des faits que nous constatons en Afrique, voire dans le monde. Où donc est la dignité humaine ? Que sont devenus les droits humains, les droits des enfants, les droits de la femme et des familles ? Les droits des peuples et ceux des nations. Et la culture prônée par l’ « Unesco » en l’année de grâce jubilaire 2000 ! L’année de la culture de la paix et de la dignité humaine, cette dignité qui est un « patrimoine mondial » prôné par tant de Pays ? Où en sommes-nous avec le « Service civique national au Sénégal » qui veut faire de notre pays, un pays de paix, de solidarité et de progrès ? Où en sommes-nous, en cette année de commémoration de la visite du Saint Jean Paul II au Sénégal, du 19-23 février 1992 ? Lui qui fut un grand défenseur des droits de l’Homme, de la paix et de la culture de la paix. Nous lui devons un devoir de « mémoire ». Il est revenu chez nous, ses saintes reliques sont dans une chapelle à la Cathédrale de Dakar.

Quant à nous donc, et notre pays, le Sénégal, terre de la « Téranga », située à la pointe des mondes, « petit pays » tourné vers l’Europe, l’Asie et l’Amérique, scellant, hier, un nouveau pacte avec la Gambie, pleinement impliqué dans le Sahel, la « Cedeao », nous avons une responsabilité particulière en Afrique, voire dans le monde ! Nous aurions témoigné et servi davantage de modèle !

Et donc, pourquoi pas un projet ? Un projet mobilisateur : « un Bureau de la culture de la paix et des droits de l’Homme au cœur de notre système Exécutif » ! Il est et existe des rêves dans la vie qui deviennent projets.

Par Théodore NDIAYE

Ex-membre du Conseil exécutif (Unesco)
Ex-conseil Pontifical des laïcs (Vatican)
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.