Annonce publicitaire

PEOPLE

Avec un prix et deux accessits, soit 6 points, Maguette Gueno Ngom, en Terminale S, est la meilleure élève fille du Concours général sénégalais et la meilleure élève de Terminale. Âgée de 19 ans, Melle Ngom s’est très tôt fait remarquer sur la voie de la persévérance. D’abord, à l’élémentaire, notamment à Immaculée conception de Dakar, puis à Sainte-Bernadette et au Collège Sacré-Cœur où elle s’est bien toujours illustrée. 

Des performances scolaires accompagnées d’une conduite exemplaire vont lui ouvrir les portes de la prestigieuse Memba. En effet, après son admission à l’entrée en sixième, en 2009, la petite Maguette se présente et réussit avec brio au concours d’entrée à Mariama Bâ. Alors commence une seconde vie scolaire, une autre aventure intellectuelle. Fille d’un père ingénieur et petite sœur d’une étudiante en médecine, « Max Gueno », pour les intimes, ne pouvait faire autrement que poursuivre des études scientifiques. 

A Mariama Bâ, elle est orientée en série S1. Une filière tant aimée et souhaitée depuis le bas âge, mais aussi sous l’influence de son père, Macodou Ngom, lui-même scientifique de formation. 

Son intégration à Mariama Bâ n’était pas du tout facile, comme elle aime à le rappeler. « Il fallait se familiariser avec la rigueur de l’établissement et le milieu m’était étrange. Mais au fil du temps, je me suis adaptée ». A en croire Maguette Gueno Ngom, « Memba est l’établissement idéal pour réussir. Pas de grève, les professeurs sont certes rigoureux dans le travail, mais compréhensifs. Les élèves ont de bonnes relations avec les enseignants et l’administration ». 

Pendant les week-ends et les jours de fête, Maguette, comme toutes les pensionnaires de l’école insulaire, rend visite à ses parents installés au quartier Liberté 6 extension. Deuxième enfant d’une famille de cinq bouts de bois de Dieu, elle est peinte comme une fille capricieuse, un peu réservée, contrairement aux autres enfants de la famille. Avec ses 130 centimètres de haut, teint noir, la démarche sure, la petite Maguette force admiration et respect. Les études, elle ne badine pas avec. 

Les sciences sont sa chasse gardée. En 2014, elle a été sacrée « Miss sciences » et en 2015, elle a été aussi lauréate du Concours général. Cette année, elle est la meilleure élève de Terminale et la meilleure élève fille de cette compétition très sélective. 

Malgré son jeune âge, la petite Maguette Gueno Ngom est préoccupée par le devenir de son pays. Pour elle, les défis majeurs que le Sénégal doit relever restent l’accès à une éducation de qualité pour tous et l’autosuffisance alimentaire. Tout de même, elle demeure optimiste. D’ailleurs, elle déclare : « On est sur la voie de l’émergence. Seulement, pour l’atteindre le plus rapidement possible, il faudrait activer quelques leviers, tels que l’autosuffisance alimentaire et une éducation de qualité pour tous ». 

Sur les crises répétitives en milieu scolaire, la pensionnaire de la Memba estime que ces mouvements ne militent pas pour un système éducatif de qualité. «  Les grèves font perdre beaucoup de temps et d’argent au gouvernement et aux familles », se désole-t-elle, appelant l’Etat et les syndicats d’enseignants à une meilleure collaboration afin de redonner à l’école sénégalaise sa véritable place. 

La meilleure fille du Concours général sénégalais 2016 raffole de « mafé » ou riz à la sauce de pâte d’arachide. Son rêve est de poursuivre des études en mathématiques appliquées à l’économie, avec comme spécialisation économie de développement. 

Pape Coly NGOME